retour à l'article normal

Les cycles de l’UPHG 2009-2010 en en quelques mots



Des maths pour comprendre le monde…

Voici ce que nous te proposons comme titres : Conf 1 : Des Grecs aux Arabes, la rationalité et l’efficacité. Conf 2 : De la Renaissance à la Révolution Française, les grands classiques en marche vers l’universel ? Conf 3 : L’abstraction mathématique au service du concret.

Pierre GRIHON, professeur de mathématiques au Lycée Montaigne Dominique GRIHON , professeur de mathématiques au Lycée Sud Médoc.

Les valeurs républicaines XIX-XXème siècle

Pourquoi faire une histoire des valeurs républicaines ? Peut-être parce que ces valeurs – le triptyque liberté, égalité, fraternité, auquel il faut ajouter la laïcité et l’esprit critique, sont des biens précieux, fragiles, toujours menacés et toujours à réaffirmer, y compris dans les grandes démocraties. Le sujet est ambitieux, parce que la notion de valeur est avant tout une notion philosophique. Mais le philosophe justement atteste la pertinence d’une histoire des valeurs. Paul Ricoeur écrit que les valeurs sont « des excellences inséparables de l’aventure de la liberté...(elles) sont les sédiments déposés par les préférences individuelles et les reconnaissances mutuelles. Ces sédiments, à leur tour, servent de relais objectivés pour les nouvelles évaluations dont les individus sont responsables un à un.” Y a-t-il des valeurs spécifiquement républicaines ? Si l’on entend par valeurs républicaines celles de la DDHC - liberté, égalité, fraternité, il faut admettre que de nombreuses démocraties - qui ne sont pas nécessairement des républiques, les ont adoptées. On notera toutefois que c’est beaucoup moins vrai de la laïcité. Mais il y a une autre manière de considérer la question. Elle consiste à observer la coïncidence chronologique entre la naissance de la République en France et l’énonciation politique, puis l’institutionnalisation, de ces valeurs, et le fait que la République les revendique comme constitutives de son identité. Claude Nicolet remarque ainsi que « le mot république a une valeur idéologique, qu’il ne se contente pas de qualifier un système institutionnel ou une tendance politique, mais que...il prétend exprimer une attitude mentale, une certaine présence au monde et une explication du monde, un comportement. » Puisque une histoire des valeurs républicaines est concevable, comment l’organiser ? L’histoire de la France républicaine est caractérisée par un travail sur ces valeurs. Comment les définir ? Comment les instituer et les diffuser ? Comment les moderniser enfin ? Ce seront les trois temps de notre cheminement.

Eric BONHOMME est professeur d’Histoire en classes préparatoires aux Grandes Écoles et président de la régionale d’Aquitaine de l’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie.

Culture…et vous ?

1) Et l’homme fit du son de la matière 2) La création artistique peut-elle être considérée comme un travail ? 3) Culture et diversité culturelle : un investissement durable

Franck Dijeau est pianiste-compositeur, chef d’orchestre et professeur de musique, directeur de l’Ecole de Musique de Cenon

Approche de la démesure technicienne Réflexions sur quatre films de science fiction

Plus vite, plus haut, plus loin, plus fort... Notre civilisation technicienne, qui est aussi la civilisation du risque, est celle du toujours plus. L’accélération de la montée en puissance des techniques dans tous les domaines a pour conséquence qu’il est de plus en plus difficile de maîtriser les effets de l’innovation, car la diffusion des procédés va plus vite que la connaissance de leurs effets sur la nature comme sur la société. C’est pourquoi on s’époumone à réparer les dégâts après coup, faute d’avoir eu - et surtout, faute d’avoir voulu - prendre le temps de les anticiper. Une des raisons pour lesquelles il est si difficile d’accéder à un usage responsable et mesuré de nos techniques c’est que cette accélération s’accompagne d’une idéologie techniciste qui nous pousse à croire que tout progrès de la puissance est forcément positif pour l’homme, et à prendre des risques démesurés. La technique a un pouvoir fascinant qui inhibe l’esprit critique. Qu’il soit critique ou complaisant, le cinéma de science fiction offre un matériau très précieux pour identifier les ressorts de cette fascination qui est au fondement de l’idéologie techniciste contemporaine.

1ere séance 12 janvier 2010 Refaire l’homme : La mouche de David Cronenberg (1986).

2eme séance 16 février 2010 La sacralisation de la technique : Rencontres du troisième type de Steven Spielberg (1977)

3eme séance : 30 mars 2010 Informatique et régression : The Matrix I de Larry et Andy Wachowsky(1999)

4eme séance : 11 mai 2010 C’est à la technique de réparer les « dégâts du progrès » : Independance Day de Roland Emmerich (1996)

Les séminaires auront lieu de 18 à 21 heures. La projection de chaque film sera précédée d’une brève introduction et suivie par des échanges entres les participants et l’intervenant..

Daniel Cérézuelle est Philosophe et directeur du PADES, centre de recherche en sciences sociales.

Texte extrait de http://danslamarge.com