dans la marge le site

Accueil du site Pensée Notes de lecture Ecologie et Liberté - Bernard Charbonneau, précurseur de l’écologie politique (...)

Ecologie et Liberté - Bernard Charbonneau, précurseur de l’écologie politique - Daniel Cérézuelle - Parangon - 2006

un livre qui rend justice à l’oeuvre d’un grand penseur français
Publié le dimanche 19 août 2007

Je ne peux que saluer cet ouvrage qui vient combler un vide éditorial abyssal sur un auteur que je considère comme un des plus importants de la seconde moitié du vingtième siècle en France : Bernard Charbonneau.

(JPG)

Voici un penseur qui a produit une bonne vingtaine de livres durant une grosse trentaine d’années, sur des sujets majeurs aujourd’hui et que personne ou presque ne connaît ! Il a subi encore plus vigoureusement que son alter ego Jacques Ellul l’ostracisme des gens qui n’appartiennent à aucune école de pensée et n’ont pas fait allégeance aux modes intellectuelles du siècle passé.

Charbonneau est professeur de géographie de formation. C’est une discipline qui prédispose à l’ouverture d’esprit, en tant que synthèse par excellence.Mais il est aussi dès sa jeunesse l’indéfectible ami de Jacques Ellul, professeur de droit. Une amitié de soixante ans qui leur a permis de mener une aventure intellectuelle méritant d’être beaucoup mieux connue car déterminante pour comprendre le monde actuel, qu’ils avaient anticipé et décodé avant presque tous les autres intellectuels. La liste des thèmes abordés par Charbonneau montre à la fois sa curiosité et son importance.

Nous empruntons à Wikipedia la liste des ouvrages trouvés dans l’article qui le concerne (elle est incomplète, alors que celle qui clôt le livre de Cérézuelle est exhaustive) :

· Teilhard de Chardin, prophète d’un âge totalitaire, 1963. · Le Paradoxe de la culture, 1965 · Célébration du coq, 1966 · Dimanche et lundi, 1966 · L’Hommauto, 1966 · Le Jardin de Babylone, 1969. · La Fin du paysage, 1972 · Le Système et le chaos. Critique du développement exponentiel, 1973 · Tristes campagnes, 1973 · Notre table rase, 1974 · Le Feu vert, 1980 · Je fus, 1980 · Une seconde nature, 1981 · L’État, 1987 · Le Système et le chaos, 1990 · Nuit et jour, 1991 · Sauver nos régions, 1991 · Il court, il court le fric..., 1996 · Un Festin pour Tantale, 1997 Le lien complet est le suivant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Charbonneau

En particulier Charbonneau est un des seuls qui se soit intéressé à l’Etat dans un réflexion qui dépasse l’enseignement des juristes. Sa position en la matière se rapproche de celle d’Ellul, mais il ne va pas jusqu’à préconiser sa disparition, Charbonneau n’est pas anarchiste, à la différence de son vieux complice.

Daniel Crézuelle est philosophe, ce qui l’aide bien pour analyser la pensée de Charbonneau. De plus, il l’a bien connu et a eu avec lui des entretiens personnels en vue de préparer ce livre, il a eu des contacts nombreux avec sa famille. Bref, c’est un livre nourri directement à la source. De plus, et c’est important, il s’agit d’un travail extrêment sérieux, méticuleux, d’aucuns diraient scolaires, mais ce n’est pas une insulte. Daniel Cérézuelle met toute sa pensée à servir la pensée de Charbonneau, on sent un grand attachement et une longue fréquentation des idées et de l’homme. Le résultat est un ouvrage tout à fait remarquable qui constitue LA porte d’entrée dans l’œuvre de Charbonneau, d’autant plus que certains de ses livres sont maintenant réédités. Nous donnons en fin d’articles les titres disponibles et les liens pour les commander.

Je ne vais pas ici me livrer à une analyse détaillée de ce livre , ce serait très long et fastidieux. J’ai rédigé un bilan et un choix de citations qui devraient trouver place sur ce site lorsque j’aurai trouvé le temps et l’envie de les saisir (je déteste saisir mes textes qui sont tous écrits à la mains et à la plume).

Le livre est truffé de citations et d’extraits, dont certains sont assez longs, ce qui donne une bonne idée et du style et de la pensée de Charbonneau. Cérézuelle n’hésite pas à signaler les faiblesses de l’œuvre, comme le refus de Charbonneau de conceptualiser sa pensée ou de définir certaines notions (voir page 47 ces mots, dont « totalitarisme », « liberté » ou « incarnation »). Il montre clairement par des chapitres solides comment Charbonneau a pensé la version actuelle du totalitarisme, ce qu’il appelle la « totalité ». Comment il se sert de sa connaissance de l’histoire pour identifier « La Grande Mue » qui marque la naissance du monde technique du XXème siècle. Il traduit bien les positions incertaines devant la transcendance et la vie spirituelle, ce qu’on retrouve toujours chez Charbonneau, qui ne croit pas en Dieu mais est indubitablement marqué par son éducation protestante, un peu comme Elisée Reclus. Finalement le sous-titre s’avère assez trompeur et sans doute est-il circonstanciel. Il est assez peu question d’écologie en soi. Il est surtout question de sens de la vie, d’organisation sociale, de morale et d’éthique. Le comportement vis-à-vis de la nature découle de ces réflexions, il n’en est pas la cause. Oui, Charbonneau et Ellul sont parmi les fondateurs d’une pensée qui remet l’homme à sa place, tout comme Théodore Monod. Il y a là sans nul doute une école protestante de pensée, marquée par le Cosmos et Dieu, pensée de l’unité à rétablir, ce que Monod appelait la « réconciliation avec la nature » ou Albert Schweitzer la « Révérence à la vie ». On est loin de l’écologie à la petite semaine et de ses combines politiciennes minables. Si Charbonneau est un précurseur il n’a pas été bien compris du tout. Pour lui, comme pour ceux évoqués ci-dessus, le comportement respectueux et intégré au Monde Vivant est la conséquence d’une démarche spirituelle cohérente et non un simple choix politico-législatif. C’est dans le cœur et l’esprit que la « mue » doit avoir lieu. Charbonneau est à redécouvrir ou à découvrir, ce livre de Cérézuelle est une bonne action en ce sens. A lire le crayon à la min et à petites doses pour assimiler.

Livres disponibles en ce moment :

· L’Hommauto, 1966 12.35€ · Le Jardin de Babylone, 1969. 17.10€ · L’État, 1987 29.45€ · Le Système et le chaos, 1990 29.45€ · Nuit et jour, 1991 29.45€ · Prométhée réenchainé 8.08€ · Comment ne pas penser 14.00€ · Bien aimer sa maman 12.00€ Ces livres sont tous en vente à cette adresse :




repondre à l'articleimprimer l'article








Plan du site avec articles.
RSS 2.0

Mes autres sites :
 Bibliathèque
 Geographica
 Little Romania
 Musiques et Mots
 Le Blog à Jean-mi